Recherche

QRCODE

Archives

1 juillet 2014 2 01 /07 /juillet /2014 13:29

CEDH

Filmer quelqu'un à son insu sur la voie publique pour obtenir une preuve devant un tribunal n'a rien d'illégitime, vient de trancher la Cour Européenne des Droits de l'Homme, donnant tort à un Espagnol outré d'avoir été filmé pour déjouer une tentative d'escroquerie à l'assurance.

Ce dernier avait été filmé par un détective privé requis par une compagnie d'assurance avec laquelle il était en conflit. Il demandait à cette compagnie d'être indemnisé pour une "névrose post-trautmatique" consécutive à un accident, laquelle l'aurait empêché de conduire tout véhicule. Or sur la vidéo produite devant le tribunal, le prétendu phobique conduisait une moto. 

Mécontent d'avoir été filmé à son insu, le requérant intenta, en vain, une action au civil en dommages et intérêts contre la compagnie d'assurance pour violation de son droit à la vie privée et à l'image. Les juges européens ont relevé que les images litigieuses avaient été tournées sur la voie publique et qu'elles "n'avaient pas vocation à être publiées", mais à "contribuer de façon légitime au débat judiciaire". 

En conséquence, la CEDH a considéré que dans cette affaire, "l'ingérence dans le droit du requérant à sa vie privée n'a pas été disproportionnée" et l'a débouté.


Réf.
Cour Européenne des Droits de l'Homme, 3ème section, arrêt du 27 mai 2014, requête n° 10764/09.

Partager cet article

Repost 0
Published by Alain Rousseau - dans Jurisprudence
commenter cet article

commentaires